02
Fév
2021

Les dernières cartes du jeu

[Page 5]
Le cas Nier Automata

Derrière les qualités artistiques, qui restent légitimes; et autres excentricités comme la tendance que les gens ont à révérer la figure d’auteur du jeu, il y a tout de même quelque chose d’autre à relever…


C’était déjà plus ou moins déjà dit avec Detroit: Become Human (dossier Transhumain ?), ce qui facilitera peut-être la pilule de ce commentaire sur Nier Automata, qui a fait sa réputation, et peut-être est-ce pour le mieux…

Après avoir vu les séquences du jeu à l’époque de sa sortie et avec du recul, beaucoup de recul, il apparaît que c’est un jeu qui s’adresse à une part de l’humanité, comme si elle se parlait à elle-même…


Le ton du jeu lui, est posé dans un setting post-apocalyptique.
Autre détail et pas des moindres, on y incarne des androïdes et leur adage dans le contexte du jeu; “Gloire à l’Humanité !“, pourrait en dire déjà suffisamment long, sans même rentrer dans les détails…

Il y a aussi cette emphase sur la connexion émotionnelle entre personnes qu’essaie de créer le jeu (en particulier avec la vraie fin à débloquer), à coupler avec ces pointes de questionnement sur l’auto-détermination


Attention ! Spoilers des fins du jeu à partir d’ici.


Ce qui suit sera probablement difficile d’accès ou incompréhensible à beaucoup de personnes, car on va sortir des extraits avec peu de contexte ici; soulignons aussi le fait que le jeu est parfois assez tordu et obtus par endroits…

Néanmoins, voici quelques passages des fins à débloquer, qui mettent en lumière le scénario du jeu.

La mission de ces Androïdes, celle de se battre pour l’humanité qu’ils cherchent tant, est en fait un mensonge entretenu par l’organisation à laquelle ils appartiennent…

Car en réalité, l’humanité a succombé depuis belle lurette… Elle n’existe plus dans ce monde ravagé et sans espoir.



Quelques lignes à retenir dans les premières minutes de la vidéo imbriquée :

– “Androids were designed to protect their human master
(Les androïdes ont été programmés pour protéger leur maîtres humains)

But if it doesn’t matter… why do I long for humans like this ?
(Si cela n’a aucune importance [en référence au mensonge sur l’humanité]… alors pourquoi est-ce que je me languis tant de cette humanité, des humains ?)

Why do I desire the touch of something that no longer exist !?
(Pourquoi est-ce que je désire le toucher de quelque chose qui n’existe plus !?)


Et cette fois, les crédits du jeu (au complet), encore plus opaques pour les non-initiés.

C’est une longue séquence subversive des crédits classiques, où l’on détruit les pièces (les noms) pendant qu’ils défilent, un peu comme dans les vieux jeux…
Et plus on avance, plus ce mini-jeu devient difficile, au point d’en devenir presque impossible…

C’est alors que le jeu a été pensé comme suit, et vous pose les questions suivantes :

“Give up ?”
(Abandonnez-vous ?)

“Do you admit there is no meaning to this world ?”
(Admettez-vous qu’il n’y ait pas de sens à ce monde ? Ndlr: “ce” monde, probablement d’abord en référence au setting du jeu, qui si vous suivez bien…)

En répondant “Non” à la dernière, le joueur-se se voit octroyé-e une aide sous la forme d’autres vaisseaux qui tirent de concert et facilitent cette séquence.

Et c’est bien après coup, à la toute fin du jeu, que l’on comprend que cette aide est venue d’autres personnes qui ont finit cette séquence elles aussi.

Des personnes qui ont choisi de sacrifier leur sauvegarde du jeu à ce moment (avec souvent des dizaines d’heures au compteur) , pour rendre disponible leur aide.
L’autre choix aurait été de la conserver, mais sans rendre possible aucune aide aux arrivants dans cette séquence de fin.

C’est donc ce passage en particulier qui rejoint quelque chose évoqué plus tôt, à savoir une certaine “connexion émotionnelle“, qui contraste avec les robots & androïdes du jeu…

La musique “The Weight of the World” y aide beaucoup, et il n’y a pas à douter que c’est une belle chanson qui a droit a ses éloges.

Mais essayez également de prêter attention à ces quelques lignes de dialogues, insérées entre pas mal de bla bla…


“We had no capacity for emotions.. But when we six were connected and exchanged information, something happened…”
(Ndlr: Ce sont des robots qui s’expriment ici.
“Nous n’avions pas d’émotions.. Mais quand nous nous somme connectés et avons échangés -des informations- , alors s’est produit quelque chose…”)

“I cannot deny the feeling of something ressembling consciousness and emotion being born.”
(“Difficile de nier le sentiment que procure quelque chose qui ressemble à de la conscience et à une émotion qui germent.”)


– “(..) Life is all about the struggle within this cycle.
(“La vie est l’affaire de surmonter les obstacles à l’intérieur de ce cycle.”)

– “However, the possibility of a different future also exists.
A future is not given to you. It is something you must take for yourself.”


(“Un autre futur est possible. Mais le futur n’est pas donné gratuitement.
C’est quelque chose que vous devez cultivez.“)

Alors comme on vient de le voir, à travers ce titre, c’est comme si une partie de l’humanité s’adressait à elle-même, dans ce présent…

Comme si quelque chose avait finit par faire défaut ou s’est perdu en chemin, au point de “vouloir se souvenir de cette humanité” à travers les timelines, voire d’en avertir certain-e-s…

Alors sans trop de détour, voici le bout du fil: Nier Automata est probablement un jeu de “Gris“.
Oui, ces mêmes “aliens” qui occupent une place du “folklore extra-terrestre” depuis des années.

Des Gris donc (du moins une partie d’entre eux, ce n’est pas forcément le cas pour toutes les espèces ou individus Gris), qui essaient de “revenir à leur humanité“…

L’idée n’est pas neuve et a déjà été exprimée ailleurs, et plusieurs sources se rejoignent sur ce point, comme:

– le Réseau LEO / Dialogues avec l’Ange (voir Ressources)
Gigi Young (vidéo plus ancienne, cela se ressent)
– et plus récemment des cercles scientifiques plus ou moins “mainstream” (voir la une du magazine Inexpliqué, qui reprend un certain Pr Michael P. Masters).

Ascension et Ascension…

Juste avant de conclure sur le cas Nier Automata, qui nous montre le parcours “d’androïdes” dans un futur distant…
..Il faut savoir que ce jeu prend ses racines au sein d’autres jeux qui l’ont précédé, avec tout un univers corrélé qui a été dépeint. En voici un très court résumé:


Quelques millénaires avant les évènements de Nier Automata, bien plus proche de nous, il se trouvait qu’une humanité existait encore dans cette timeline.
Mais que lui est-il arrivé, à cette humanité, avant sa disparition ? Eh bien la réponse figure dans le lore de Nier Gestalt / Replicant.

(Attention certaines choses sont vraiment dérangées là-dedans, en particulier les Drakengard, qui tendent vers l’ordre du malade, presque malsain.)

A défaut d’autre chose, voici le trailer du remaster du premier Nier, prévu pour 2021…
Il arrive peut-être juste à temps, qui sait.

ver. 1.2247(..)” tout est dit, ou presque.
Le titre original était “Nier Gestalt“, Gestalt étant issu de l’allemand.

Dans ces liens (voici le premier; et là le deuxième), dans la trame qui relie ces jeux, on y découvre que l’humanité a subi une grave épidémie, nommée “White Chlorination Syndrome“, et jugée incurable.

Oh, il y a bien eu quelque chose pour tenter d’inverser la vapeur, un certain projet Gestalt où cette humanité a fini par trouver le moyen de séparer l’âme / l’esprit du corps physique, de la chair.


L’ idée au départ était de pouvoir mettre “en attente” ces âmes, le temps que des entités clonées à partir du matériel génétique de ces humains, des robots organiques appelées “Replicants“, fassent le ménage à la surface du monde et que l’épidémie s’enraye.

Par la suite, ces âmes devaient retourner dans leur corps d’origine, du moins était-ce le plan prévu…

Et en plus des Replicants, des androïdes ont vu le jour pour garder un mince espoir de résurrection de l’espèce humaine, ce qui au fil des millénaires a fini par conduire au récit de Nier Automata.

Et enfin, ré-examinons un instant cette idée d’aide reçue lors de la vraie fin du jeu d’Automata.

Soulignons qu’avant de sacrifier notre sauvegarde afin d’octroyer une aide à d’autres joueurs, le jeu nous demande de multiples confirmations et pose certaines précisions, tournant autour de ce point, de “l’aide”…
En voici une.

“You may not receive thanks for your efforts”

(Il se peut que vous ne receviez pas de gratitude pour vos actions.)

Il est possible que l’idée exprimée ici soit simplement un reliquat, quelque chose de balbutiant, car il y a quelques difficultés ou distorsions dans le discours du jeu autour de cette notion.
Malgré tout, la direction vers laquelle cette citation pointe est peut-être symboliquement la bonne, càd celle d’une aide désintéressée“.

Peut-être celle du Service à Autrui, par rapprochement ?

Au final, on pourrait dire qu’il s’agit d’une histoire de timelines, d’embranchements différents. Certains sont plus évolutifs que d’autres.

Là est l’enjeu de tout ce grabuge de cette “fin de cycle“.

Car derrière le Covid et son Nouvel Ordre Mondial à coup de mesures liberticides…

…Derrière les élans de transhumanisme et la volonté de coloniser d’autres secteurs de l’espace qui pointent leur museau…

…Et derrière même les annonces de contacts aliens, les abductions, ou les idées de “frères et sœurs galactiques” façon New-Age…

…Tout se rejoint à travers l’éthique et la génétique, une fois de plus.

Non pas quelque chose d’eugéniste, mais simplement la polarisation à divers degrés entre Service de Soi, et Service à Autrui.

C’est, quelque part, un synonyme pour la “Moisson” de cette fin de cycle.

(Qui s’apparente à un retour vers “l’état d’origine” pour une partie de l’humanité.. on en reparlera peut-être.)


Et pour boucler la boucle, ou plutôt la briser, et aussi étrange que cela puisse paraître, la “Nouvelle Terre” et “l’ Ascension” étaient illustrées à travers la série Command & Conquer.

Sur fond d’épidémie au cristal de Tibérium, une fin alternative nous montrait le visage d’une Terre “à base tiberium”.
Toutefois, si on applique un vocabulaire un peu plus “Alchimique” à cette allégorie, il y a là peut-être une clé de compréhension à saisir.

La quête Alchimique n’étant au fond, pas si différente d’une quête de conscience, à trouver ou polir sa pierre (philosophale ?) jusqu’à ce qu’elle brille ou laisse passer la lumière, tel un cristal.
A voir la lumière, le vrai.

Pour les personnes qui y auraient déjà joué, vous avez dans ces dernières lignes quelques éléments pour un décodage de la série Mass Effect, qui nous a peut-être donné une ultime clé de discernement en son temps (et à grande échelle), mais hélas mal comprise.

Indice supplémentaire: “L’Indoctrination Theory” en sera la base.


(Encore une fois, rien de neuf si les liens en Ressources vous sont connus, on ajoutera simplement notre contribution, sous une forme ou sous une autre…
Probablement autour de la sortie du remaster de la Trilogie Mass Effect, le bon moment et le bon prétexte. )

Crédits images utilisées: bannière, deuxième ici et dernière là

Un dernier mot


Cet article n’a vraiment pas été facile à boucler, son écriture s’est étalée sur des mois (la majeure partie déjà rédigée avant fin janvier), avec des moments de creux…


De plus, certains passages sont couci-couça, mais il me faudra faire avec.
En tout cas, une page se tourne, et je peux enfin passer à autre chose.

Je voulais également préciser que pour le cas de Nier Automata, il m’a fallut littéralement embrasser la vibration qu’il porte, un peu comme l’interprète japonaise de la chanson de fin, qui en est allée jusqu’aux sanglots pendant la prise, celle qui sera d’ailleurs retenue.
(La version originale a une connotation légèrement différente, ceci dit.)

Quelques années en arrière, et après l’effet de la découverte, mon estime pour le jeu n’était pas si haute que cela…
Écrire pour cet article m’a permis de mieux comprendre ce qu’il véhicule.

J’en profite aussi pour dire qu’il se peut que cet article ou des passages connaissent un équivalent vidéo pour les anglophones.
Je laisse l’idée germer, même si j’ai bien conscience que ledgerlines arrive sur le tard; mais bon, des fois que…


Enfin, sur un autre plan, je sais également que de par sa notoriété, c’est un jeu qui a fait “vibré” beaucoup de monde.

Si Nier est vraiment un jeu de “Gris” (une frange, ce n’est pas un commentaire pour tous les Gris, le phénomène peut être plus complexe); eh bien il faut croire que cette “méthode” apparaît comme vraiment plus sincère et légitime.
On est loin des abductions et autres expérimentations pour lesquelles on les connaît mieux dans notre “folklore ufologique”.

Alors comme on le dit si bien en français: choisir en son âme et conscience n’aura jamais été aussi approprié, n’est-ce-pas ?

Pages: 1 2 3 4 5