01
Nov
2020

FF IX : Addendum

Retour sur FF9, car il reste encore des choses à dire.

Toutefois, cet écrit est un peu particulier, peut-être le plus important de tous, et s’adressera à qui voudra bien l’entendre.
Et pour les personnes les plus sceptiques ou qui découvriraient les éléments mis en avant, on ne pourra que conseiller d’aller au bout de l’écrit avant d’enterrer prématurément quoi que ce soit.

Bien, cela étant dit, entamons dès à présent le dessert de ce grand repas qu’est Final Fantasy IX !

version de l’article: 01.11.20

Conspiration Multi-Dimensionnelle

Le titre est volontairement provocateur pour faire réagir, mais comme le jeu nous tend une sacrée perche, on ne va pas se gêner pour la saisir.



Récapitulons rapidement le déroulement du jeu.
Le scénario de Final Fantasy IX est marqué par des histoires qui s’imbriquent les unes dans les autres, de la destinée personnelle jusqu’au intrigues globales.

En premier lieu nous avons ces histoires de politique et ces escalades de conflits qui touchent tout le Continent de la Brume, sur la planète Héra.

De ces fils narratifs classiques, le jeu nous introduit graduellement au fait que ces guerres sont chapeautées pour certaines raisons, et certaines personnes en particulier.
On pourra évidemment citer Kuja, mais même son rôle se loge dans une poupée russe plus grande que la sienne.

Il s’agit évidemment de Terra, d’abord incarnée sous les traits de Garland et son vaisseau à l’œil iconique, puis par ce qui reste de cette civilisation antédiluvienne.

En clair, une bonne partie de ce qu’il se passe sur Héra est commandité depuis un autre plan d’existence.


Le motif triangulaire est inspiré d’un blason japonais, mais l’usage qu’en fait le jeu, couplé au fameux œil, ne permet pas le doute quant à l’intention voulue.


Le sens du nom “Soulcage” n’a pas été posé là par hasard !


De manière insinueuse, le “cours des âmes de Héra” est perturbé et dévié pour le compte de Terra.

L’ antique planète n’a plus que les Génomes pour habitants, et comme le stipulent les dialogues du jeu, arrivera un moment où “une âme se posera sur eux”, pour in fine “ressusciter le peuple de Terra, qui dort depuis très longtemps”.

Mis à part quelques éléments de lore, presque aucune description de ces mystérieux Terrans d’autrefois ne nous est donnée.

Nous savons juste que leur dérive était vraisemblablement à la fois d’ordre éthique et génétique, leur négligence du monde vivant allant de pair et les ayant condamné.

Terra a subsisté tant bien que mal avec le concours de la technologie , ainsi que le génie génétique sous la forme des Génomes.



Les thèmes de FF9 ont-ils un quelconque appui, des liens possible à faire ?

Eh bien, voici à nouveau le Dialogue avec l’ Ange n° 38 de Sand et Jenaël, qui, dans ses dernières parties, montrera des parallèles évidents avec le jeu.

Une autre source possible à recouper avec le jeu, serait cette mention de Maldek*, notamment dans le Ra Material (les références étant dans le glossaire de La Loi Une enseignée).
Il s’agit de la planète qui existait entre Mars et Jupiter, et qui n’a laissé qu’un champ d’astéroïdes depuis.

(*Maldek est également connue sous le nom de “Mulge” chez l’auteur Anton Parks)


En bref, les Génomes pourraient être assimilés à des Gris ou des entités clonées sans âme, tandis que les Terrans sont comparables à certaines castes de Reptiliens.


Le meilleur indice laissé dans le jeu: “Oeilvert” !

Et à titre personnel, quand bien même les actes évoqués dans le jeu par ces Terrans, – et donc en élargissant, de leur possible contrepartie réelle – seraient d’une atrocité implacable, j’aurai tendance à me placer, comme il est dit:

“Du point de vue humain, leur façon de procéder pourrait paraître ignoble, néanmoins elle reste légitime du point de vue d’une Conscience supérieure de 7ème densité.

Cette dernière est capable d’accepter que la prédation de 4ème densité – même en agissant ainsi – contribue automatiquement à l’équilibre de l’Univers.”

(Citation du Dialogue avec notre Ange n°38)

En tout cas, le jeu vient de nous donner un bel aperçu de ce qui a été nommé ici “exo-politique“, synonyme employé de manière arbitraire mais grand public pour l’aspect trans-dimensionnel de la prédation.


Et pour finir sur cette partie, concernant une piste plausible derrière les idées du jeu: ne dit-on pas d’une œuvre qu’elle puisse être inspirée, càd, insufflée d’esprit ?

A bien y regarder, ce genre de choses arrivent souvent du côté artistique, situées quelque part, selon les moments, entre choses inconscientes et “channeling” (quelle que soit son orientation).
De là à savoir si le cas s’applique à FF9, je vous laisserai seul-e juge pour l’heure.

Et pour les anglophones, il y a ce post venant des forums de Bring4th – lien ici – et qui est parlant par rapport au sujet. (Intervention #17)

Aparté:
Il ne faudrait pas non plus oublier qu’une bonne partie de la sphère audio-visuelle, surtout côté “hollywood” et affiliés, est gangrénée par une ou des influences.

Pour l’anecdote, à l’époque de l’écriture de “Transhuman” (début 2020), un encadré plus grand était réservé pour le cas Ubisoft…

Mais faute de quoi écrire ne serait-ce qu’un paragraphe, j’ai fini par oublier l’idée (et puis, ce n’était pas le plus important).

Disons simplement que si Hollywood est clairement sataniste, derrière d’autres acteurs se cache un peut-être un autre côté, plus “lumineux” (guillemets !).
En tout cas, qui se veut ou se croit ainsi, mais cela reste plus une intuition approximative qu’autre chose.

Le vent essaie-t-il de tourner à d’autres endroits..?
(Cela fait également allusion à la “politique” actuelle, mais on pourra y revenir brièvement une autre fois..)


Ci-dessus: Ghost Recon Breakpoint (Ubisoft, 2019)

Le pitch est simple: On y incarne des militaires chargés d’enquêter et de nettoyer l’île d’une société recluse, avec l’aide des résistants locaux.
Une société façon Amish mais 2.0, qui s’apprêtait à forcer le pas vers le transhumanisme.

“Symbolique louable”, ou serait-ce pour encore mieux dissimuler l’arbre qui cache la forêt.. ?
Quoiqu’il en soit, refermons cette parenthèse pour reprendre le fil de l’article.


Les débuts possibles d’une âme

En parallèle aux Génomes que l’on vient de voir, Final Fantasy IX annonce très tôt sa thématique des “Entités sans âme“, sous la forme des Mages Noirs.
Vous vous souvenez sans doute qu’ils étaient décrits au début de l’aventure comme des “poupées sans cervelle” et des “golems sans âme“: on ne peut être plus précis !

L’ arrivée sur le Continent Extérieur changera la donne avec la découverte du village des Mages Noirs, car ces derniers sont doués de paroles et bien conscients.



Le jeu nous a indiqué à quelques reprises, notamment à travers les interventions de Kuja et de Soulcage, que la “soupe d’âme“, ou Brume, est l’élément primaire à la création de ces Mages noirs.

Difficile de dire ce qu’il en est de la version originale, en tout cas la version française utilise un terme des plus appropriés pour le mécanisme que le jeu souhaite décrire, à travers les mots.

Pour mieux le comprendre, voici d’autres extraits, cette fois-ci venants du groupe de L. Knight-Jadczyk et de leurs transmissions avec les Cassiopéens*1 (abrégé ici C’s), et dont les recherches sur la psychopathie et les “portails organiques” (PO) ont amené à quelques réalisations.

La source est disponible à cette page*2.

*1 Pour faire très simple, pour les personnes qui le découvriraient, il s’agirait d’êtres situés quelques classes au-dessus de nous, au-delà du plan physique d’existence tel que nous le connaissons actuellement.

*2 La page “Disclaimer – A propos” de l’onglet Ressources a été mise à jour en parallèle.


A partir de la rubrique “What is the Organic Portal ?” vers le milieu du lien, s’ensuivent quelques retranscriptions avec les C’s. Voici le passage qui nous intéresse:

Q: (V) What is the “origin” of these organic portal human types? In the scheme of creation, where did they come from?

A: They were originally part of the bridge between 2nd density and 3rd density. (..)

Organic Portals – The “Other” Race, cassiopaea.org

En voici une traduction succincte:

Question: Quelle est “l’origine” de ces portails organiques ? Dans le plan de la Création, d’où est-ce qu’ils viennent ?
Réponse (des C’s): A l’origine, ils représentaient un pont entre la 2e densité et la 3e. (..)


Pour information, il se dit que la 2e densité d’existence correspond, grosso modo, à celle de l’incarnation animale, tandis que la 3e représente le niveau “humanoïde” d’existence.

Et un peu plus haut dans le texte, il est question des psychopathes:

Q: (L) The one key we discovered from studying psychopaths was that their actions do not match their words. But what if that is a symptom of just being weak and having no will? (A) How can I know if I have a soul?

A: Do you ever hurt for another?

Q: (V) I think they are talking about empathy. These soulless humans simply don’t care what happens to another person. If another person is in pain or misery, they don’t know how to care.

Organic Portals – The “Other” Race, cassiopaea.org

Petite traduction française:

-Question: Il y a une chose d’importance que l’on a découverte en étudiant les psychopathes: leurs actions ne correspondent pas à leur paroles. (..) Comment savoir si j’ai une âme ?

-Réponse (des C’s): Vous arrive-t-il de ressentir pour/avec les autres ?

-Question: Je crois qu’ils parlent de l’empathie. Les humains “sans-âmes” sont juste indifférents au sort de leurs congénères.
Si une autre personne est dans la souffrance, ou dans la misère, ils n’en ont rien à faire.

Je ne l’aurai pas mieux dit, et n’est-ce pas là le parfait parallèle avec FF9 ?



Au début du jeu, les Mages Noirs “non-éveillés” sont de simples machines à tuer, obéissant aux ordres et surtout, insensibles à leur environnement et aux autres êtres.

Pouvez-vous à présent saisir toute la portée des bulles de cette scène à Lindblum ?
-Ils sont comme nous, mais ce n’est qu’en apparence.
-Ils sentent pas que nous sommes vivants !
-Si ce sont des êtres vivants, explique-nous leurs actes affreux !

Cependant, avant de devenir “véritablement humain”, une des conditions sine qua non serait que le “principe vivant” commence à s’individualiser.


A partir de la notion de “pool d’âmes“, à rapprocher de la “soupe d’âmes” et la “Brume” de FF9, commence à se dessiner une âme individuelle…
Du moins idéalement, c’était un des processus possibles à l’origine, de ce que l’on peut en comprendre.

Quelque chose a manifestement déraillé dans notre monde et, à partir de ce mécanisme, nous avons eu droit aux “Portails Organiques“, ainsi que leur autre pendant qui font souvent la une des journaux, à savoir les Psychopathes.

Le groupe de L.K-J, ainsi que le jeu par endroit, avancent possiblement le fait que ces entités imitent les véritables êtres vivants, à la nuance près que FF9 conserve ce mécanisme dans le cadre de son usage à l’origine, càd un pont entre les niveaux de conscience 2D et 3D.

Une image vaut mieux que des mots !


Était-ce aussi pour développer les émotions voire l’empathie ?


Pour la Psychopathie, et vous l’aurez déjà deviné, cet aspect est représenté à travers le très théâtral Kuja dans le jeu.


Quelques autres images pour se rafraîchir la mémoire !


On notera toutefois que notre œuvre vidéoludique a un fond, non pas naïf, mais optimiste dans l’âme.
Kuja, ce psychopathe et menteur de nature, aura pourtant droit à un début de rédemption à la toute fin du jeu.

Et bien entendu, son compère en la personne de Djidane est son contre-exemple même, et il était grand temps d’aborder la personnalité de notre héros.


Ce n’est pas tous les jours que de telles choses arrivent…


La personnalité de Djidane

I. “Les autres soi”

Reprenons avec un point qui mériterait d’être appuyé à nouveau, à savoir la fois où Djidane est tombé dans les pommes face à Garland, au Pandémonium de Terra.



Le jeu, du moins dans sa version française, est très clair sur ce qui est arrivé à notre héros, le commandement du gardien de Terra étant sans équivoque:

Son corps-réceptacle recevra une nouvelle âme !

Et comme vous le savez, le Djidane que nous retrouvons temporairement ensuite n’est pas tout à fait le même qu’habituellement, et qui rencontre quelques difficultés pour retrouver ses esprits.

Nous savons également que notre héros est un être qui possédait une véritable âme avant cette bizarrerie.



Djidane était Djidane… et aurait reçu une “nouvelle âme” ? Avec une autre personnalité qui prend légèrement le dessus pendant la scène ?

On pourrait déjà penser à toutes sortes de programmes ou rites dissociatifs de la psychée, du genre MK-ULTRA.

Il n’est pas très difficile de trouver des sources à ce sujet, ne serait-ce que sur la toile.
En voici un exemple en anglais, sur le site de Vigilant Citizen.
(Que je consulte depuis quelques années, juste pour prendre la température des news de l’industrie de l’audio-visuel. Je ne peux pas vraiment recommander le site plus que cela.)

La notion à en tirer tiendrait donc dans le terme d’alter, qui prend plus ou moins d’incidence selon les cas.

En parlant des “autres soi”, on pourrait aller jusqu’au concept de “fractales d’âmes“.
En voici une porte d’entrée, qui vous permettra peut-être de mieux saisir ce que le jeu pointe éventuellement aussi du doigt.

II. Vous avez dit “altruiste” ?

Reprenons le cours du récit, toujours avec notre Génome favori.

Le jeu nous montre de maintes façon les traits de la personnalité de Djidane, à de multiples occasions.
Il est indéniable qu’une noblesse de cœur et d’esprit se dégage de ce personnage.

Au contraire de Kuja, le fait qu’il ait vécu et grandi sur Héra, sans avoir connaissance des objectifs de Terra, lui a permis de développer ce qu’on pourrait appeler de la compassion pour ses pairs.

Ce trait va jusqu’à s’étendre de manière assez inattendue envers les Mages Noirs lors de l’assaut sur Lindblum, et son confère à la fin du jeu.


Djidane ne tendrait-il pas trop la joue ? Possible, mais encore un tout petit peu de patience…




Vous vous souviendrez également de l’épisode à Madahine-Salee, qui nous montre un Djdiane clément malgré un adversaire qui le provoque dans un combat, jusqu’à refuser la mise à mort de ce dernier.

Le lendemain, le duelliste revient demander des explications à notre héros, chose à laquelle il répondra avec authenticité, derrière l’apparente imprécision de ses mots:
“Ca ne s’explique pas…”

Djidane lui propose alors d’intégrer le groupe, car il finira peut-être par comprendre son point de vue de cette manière.

(C’est un épisode à rapprocher de certains passages du témoignage d’Ours Blanc, le dossier “Atlantis contre Mu” du site d’Anton Parks, ou son équivalent commenté ici.)

Quel est ce “point de vue”, plus exactement ?
Dans le langage courant, on pourrait dire que notre Djidane est profondément altruiste par nature, et même si le jeu tend parfois à être bancal…


A-t-on-besoin d’une raison pour aider quelqu’un ?

En tout cas ne pas en avoir de “mauvaises” ?


…On est en droit de penser que l’intention à travers les mots est suffisamment explicite.

Évidemment, les rôles dans une histoire sont souvent “archétypaux”, le trait peut y être grossi voire simplifié pour que le spectateur puisse les identifier plus facilement.

Et quand bien même le jeu ne possède pas le vocabulaire approprié et use d’autres stratégies, on pourrait dire que les notions de “Service d’Autrui” et celle du “Service de Soi” transparaissent à travers le titre.

Alors, est-ce pour autant qu’être au “Service d’Autrui” se veut comme un synonyme “d’altruisme” tel que l’on conçoit usuellement ?
Est-ce faire le “bon samaritain” ? Faire le “bien” ?


Puisque ces notions de “Service de Soi” et “Service d’Autrui” ont été déjà développées ailleurs, un bon début serait d’aller jeter un coup d’œil à leur définition dans le glossaire du Ra Material.

(Réf. en français: Le Contact Ra – La Loi Une enseignée, disponible ici.)

En complément, il y a également la définition du Réseau LEO sur cette page.


Derrière la simplicité des mots, il y aurait bien quelques autres concepts à saisir…


La guérison de Dagga

Juste avant de procéder à la dernière partie, faisons un stop dans le cas unique de guérison spontanée de la princesse, vers les 3/4 du jeu.

Vous vous souviendrez que son mutisme a été causé en grande partie par le choc de l’assaut sur Alexandrie, sans compter les pertes et révélations qu’elle a vécues précédemment.



Ce qu’avance probablement le jeu à ce moment là, est que les maladies sont intimement liées à un “facteur interne” (pour faire simple, mais les intrications peuvent être nombreuses), contrairement aux fondamentaux de notre médecine.

Non pas que des facteurs externes ne puissent pas exister ou qu’il soit formellement interdit de recourir même aux techniques “modernes”… mais les raisons de leur manifestation se trouveraient d’abord en nous, car quelque chose nous tracasse et n’est pas compris.

Rappelez-vous: c’est parce qu’elle arrive à tourner la page à son passé douloureux, que Dagga retrouve la parole par la suite !


L’ idée n’est pas neuve, et l’un des pionniers du sujet à notre époque se trouve en la personne de Jacques Martel.

La Mémoire du Monde

Enfin, l’énigmatique Mémoria ! Il était temps que l’on s’y penche, à cette portion du jeu des plus étranges, mais pleinement justifiée.

Reprenons sans plus tarder avec l’une des premières scènes en ces lieux, qui faisait intervenir le quatuor Djidane, Dagga, Eiko et Kweena devant le souvenir d’Alexandrie.



Le jeu insiste, à travers un Djidane qui fait office de “réaction normée”, sur le fait que Kweena ne pouvait percevoir ce que les autres viennent de vivre, étant donné qu’elle n’était pas présente lors de l’évènement.

Jusque-là, tout va bien on va dire, c’est l’explication usuelle que l’on s’en fait.
Et pourtant, juste un peu plus tard, le jeu va prendre le contrepied de ce qu’il vient d’énoncer, pendant la scène du souvenir de Dagga.



Le jeu ne se contredit pas, il énonce simplement les différentes facettes d’un même discours, qui comme vous le savez désormais repose sur la fondation suivante, explicitement dite par Garland dans ce passage:



Pour appuyer ce qui est avancé dans le jeu, on va en appeler à nouveau à une source externe.

Dans Le Contact Ra: La Loi Une enseignée, Tome I (voir ici), je vais me permettre de citer quelques extraits issus du glossaire.

Voici le premier, sous la mention de “Complexe mémoriel sociétal”.

Complexe mémoriel sociétal

Lorsqu’un ensemble d’entités liées, formant ce qui est appelé un complexe sociétal, arrive à un point d’orientation unique ou de recherche unique, il devient un complexe mémoriel sociétal.

Dans un tel complexe, l’expérience de chacune des
entités est disponible à toutes, ce qui en fait un groupe mémoriel
accessible au complexe sociétal tout entier.
(..)

Le Contact Ra: La Loi Une enseignée, Tome I

Djidane, de son nom de famille “Tribal“. Quèsaco ? Eh bien, il y a peut-être une piste ici, non sans lien avec la définition citée juste avant.


Éloquent, n’est-ce pas ?
On pourrait aussi prendre l’exemple de Ra en lui-même, qui n’est pas étranger à ce nom de la “mythologie” égyptienne.

Voilà ce qui est dit à son sujet, toujours dans ce même glossaire.

Ra

C’est un complexe mémoriel sociétal qui a évolué sur la planète
Vénus et y a fait l‘expérience de la troisième densité il y a 2,6 milliards
d’années.

Il a ensuite quitté cette planète et se trouve actuellement au
niveau de la sixième densité en termes d’évolution.
Son but premier est d’enseigner la Loi Une à ceux de la planète Terre qui font appel à lui.

Ceux de Ra ont fait des tentatives historiques à cet effet, notamment en
interagissant avec les Égyptiens il y a quelque 11 000 ans.
Toutefois, leurs enseignements ont été corrompus par certains à cette époque, de sorte que leur but primordial actuel est de mettre fin à ces distorsions de la Loi Une.

Le Contact Ra: La Loi Une enseignée, Tome I

On peut légitiment penser qu’à un stade précédent de son parcours, Ra était, tout comme nous le sommes actuellement, une entité (plus) individualisée.

Et comme on vient de le voir, elle a fini par former un complexe mémoriel sociétal, sans compter que “ceux de Ra” se trouvent aujourd’hui à un stade d’existence qui nous dépasse de loin.

Il reste toutefois une question en suspens: pourquoi Kweena n’a-t-elle rien vu ? Et inversement, pourquoi Djidane a-t-il pu revivre le souvenir de Dagga ?


Eh bien, l’interprétation la plus évidente serait que Kweena n’en est tout simplement pas encore arrivée au stade de formation d’un complexe mémoriel sociétal.

Rappelez-vous, ceux de son espèce sont comme obnubilés par la nourriture, et à bien des égards, ont une conscience plus proche de celle des animaux.

Vous l’aurez compris, l’écart entre Kweena et le reste du groupe est là pour souligner que sa croissance (et celle des siens en élargissant) est comme exclusivement tournée vers la physicalité, et n’a pas encore atteint des considérations plus spirituelles.


Et pour finir, une dernière chose à relever, au sujet du fameux Cristal qui prête ses traits au logo du jeu.

On pourrait y voir une allusion à la “Pensée Originelle Unique“, telle que définit dans le Ra Material, une fois de plus.

Pensée originelle unique/Pensée originelle

Toutes choses, toute vie, toute la Création sont issues de la Pensée originelle unique.

Dans chaque octave cette Pensée originelle contient la moisson de toutes les
expériences des octaves précédentes du Créateur par le Créateur.
(..)

Le Contact Ra: La Loi Une enseignée, Tome I

Précisons qu’il faudrait peut-être plus le voir comme la “totalité“, plutôt qu’un simple “Créateur unique”, même si le terme reste approprié quoiqu’un peu limité par nos mots.


Créateur, à défaut de meilleur vocabulaire, n’est probablement pas “genré” (nb: rien à voir avec nos tracas politico-sociaux !), ni même vraiment “singulier” ou “pluriel”…
Ou plutôt, c’est peut-être ce quelque chose qui contient justement ces polarités, “la somme de tout” et de toutes les consciences pour ainsi dire.

Pour donner une image: c’est l’océan d’où partent les gouttes pour y retourner un jour, sous une forme ou sous une autre.

Et ce seront là les derniers mots de ce dossier consacré à FFIX, qui est définitivement un jeu pas comme les autres.