10
Sep
2020

La Mémoire du Monde

[Page 3]
Nouveaux horizons

Notre groupe est rejoint pour cette occasion par un 4e membre, Kweena, et la première escale sur le Continent Extérieur se fera dans le village de Condéa, où des humanoïdes y séjournent.

L’ accueil y sera chaleureux et rapidement, nos héros entendront parler des “noiros” ou chapeaux pointus, qui se rendent régulièrement ici pour y faire des emplettes.

Pour confirmer l’hypothèse de l’existence de Mages Noirs sur ces terres, Djidane et ses compagnons partent en direction de la seule piste en leur possession, un supposé village au milieu d’une forêt, et dont les Mages Noirs vont et viennent d’après les habitants de Condéa.

Nos héros suivent discrètement un Mage Noir jusqu’à son village.

Comme vous pouvez le voir avec les images, une drôle de découverte attendent nos protagonistes: les mages noirs de ce village parlent comme Bibi ! Ils sont pleinement vivants, et conscients !

Mais comment est-ce possible, ne sont-ils pas supposés n’être que des mannequins sans âme..?

Eh bien, comme le suggère l’un des leurs à notre Bibi, “il a le même regard que nous” et se serait “réveillé” d’après ses mots.
D’une manière ou d’une autre, un début de conscience a émergé dans ces poupées qui ont fuit les ordres et les combats pour la plupart.

On peut également apercevoir dans ces scènes que ces mages noirs ne saisissent pas encore très bien le concept de la mort (sauf pour l’un d’entre eux, qui cache encore cette information vu la peur qu’il a ressenti face à ce concept).

Difficile de leur en vouloir, leur conscience est encore très juvénile et ils découvrent les choses à leur rythme.

Alors que le jeu vient d’exposer une bonne tranche de son discours sur “la peur de la mort“, ainsi que “les débuts possibles d’une âme“, il enchaîne avec le thème du “sentiment de retour à la maison.

A la nuit tombée, Djidane et Dagga discutent de leur compagnon Bibi, et son histoire permet à notre héros de faire le parallèle avec la sienne.

“Le lieu où on rentrera un jour” …?


Djidane en profite pour raconter ce qui l’a autrefois animé: l’envie de connaître ses origines, son seul indice étant une “lumière bleue“.
Dans le monde pourtant très coloré de FF9 et sa panoplie d’espèces, sa queue reste une exception.

Au petit matin, l’un des mages noirs nous informe que Kuja connaîtrait l’un des mystères qui entoure la fameuse Brume, et que tout ceci serait quelque part sur ce continent.
De précieuses informations, et notre groupe retourne d’un pas décis en direction de Condéa, pour y interroger les locaux à nouveau.

L’ héritage des Invokeurs

Sur place, on apprend que les villageois pratiquent des cérémonies de mariage, avec pour but un pèlerinage vers ce qu’ils considèrent “la Terre Sacrée”, pour tout ce qui existe au-delà des montagnes du village.

C’est à ce moment que nos héros font la rencontre avec une fillette, qui se prénomme Eiko.
(Son thème musical est très chouette d’ailleurs)

Elle a la particularité apparente de posséder une corne sur son front, en plus d’être déjà bien dégourdie et perspicace pour son âge !

La jeune recrue propose au groupe de passer par où elle habite, avant de poursuivre leur enquête sur ces fameuses terres sacrées, qui pourraient correspondre à l’arbre Ifa non-loin d’ici.



Nous voici donc au village de Madahine-Salee, qui, comme le remarque Djidane, n’est qu’un tas de ruines délaissé.

Tandis que la gamine s’en va préparer le repas, nos compagnons de route ont le loisir de découvrir les environs.
On y découvrira qu’Eiko fait partie de la tribu des Invokeurs, qui sont des êtres pouvant manier la magie chimérique de manière innée, une curiosité oubliée du reste du monde.

Djidane et Dagga auront également le droit à une visite exceptionnelle du Murs des Invokations, où l’on en apprendra un peu plus sur cette mystérieuse tribu.


ff9_meal

Eiko vit avec des Mogs, et l’un deux répond à sa proposition de ragoût pour le plat du jour. Lol !

Dagga est perdue dans ses pensées, et quelque chose la turlupine.



Beaucoup d’informations ici:
Les Invokeurs étudiaient la magie Chimérique (plutôt que d’en faire appel), sont proches de la nature et de la planète; et seraient apparus il y a cinq siècles…

A l’heure du repas, Djidane ne peut s’empêcher de remarquer qu’Eiko est bien seule ici, où sont donc passés les autres membres de la tribu ?

Elle lui répond alors qu’elle est la dernière de cette lignée, depuis que son grand-père est décédé.
Elle précise en ajoutant qu’une catastrophe a eu lieu il y a une dizaine d’années, et laissant très peu de survivants.

Un peu plus tard, la conversation tourne autour de l’Ifa.
Selon elle, une barrière magique barre l’accès aux racines de l’arbre, qu’elle seule est à même de forcer.

Sans trop de surprise, tout le monde s’accorde sur la prochaine destination. Direction l’Ifa !

Les secrets de la Brume

L’ Ifa, “grand arbre de vie” ? En tout cas, la Brume est très présente.


Nous voici au pied de l’arbre gigantesque, et Eiko entame son incantation pour retirer la barrière qui empêchait d’accéder aux racines, non sans humour.
On apprend un détail supplémentaire: les Invokeurs pouvaient communiquer de manière intuitive avec les Chimères et même le monde animal.

Le groupe s’enfonce dans l’arbre, et l’intérieur a de quoi surprendre.
Prêtez attention aux motifs présents !


L’Ifa est-il vraiment un arbre ? La piste musicale de cet endroit (Lifa Tree) aux accents synthétiques et à l’ambiance qui ne demande qu’à réveler ses sombres secrets, devrait déjà mettre la puce à l’oreille.

En descendant plus bas encore, le doute n’est plus permis: l’Ifa n’a rien de naturel !
De plus, les mécanismes ne s’activent qu’avec la présence de Djidane, un détail vraiment pas anodin, et qui aura toute sa signification plus tard.


Moug, le petit mog qui accompagne Eiko, sent “des choses vivantes” plus bas.


Tout à coup, SoulCage, le gardien des lieux, se pose devant les intrus et une altercation s’ensuit entre les parties.
Certaines des questions restées en suspens trouvent enfin un début de réponse:

Kuja a trouvé le moyen de fabriquer les fameuses poupées “Mages Noirs” grâce à la Brume, et s’en sert pour ses sombres desseins.

– La Brume est le résultat d’un “rebut” ou rejet de l’Ifa, qui se répand à travers ses racines jusqu’aux quatre coins du globe.
Le but serait de répandre la guerre grâce la Brume, et in fine d’éradiquer les civilisations (!!)

Des révélations qui ont de quoi chambouler, et pourtant ce n’est qu’un début.

Quelques autres détails à relever ici:
Quand bien même le groupe la vaincrait, cette entité nous dit qu’elle a déjà des millénaires d’existence au compteur, et que sa vie n’en serait pas finie pour autant.
Qui plus est, son nom se traduit littéralement par piège ou cage à âme, un très gros indice sur la véritable fonction de cet arbre.


Après la défaite de SoulCage, la Brume se dissipe autour de l’Ifa mais également sur les autres continents.
Un des mogs du village rejoint le groupe, pressé de dire à Eiko que le trésor du village vient d’être pillé: retour express à Madahine-Salee afin de tirer cette affaire au clair.

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9