10
Sep
2020

La Mémoire du Monde

[Page 5]
Intervention Divine

Comme le dit l’adage, appliqué cette fois au féminin: “La reine est morte, vive la reine !” ; Alexandrie est sur le point de célébrer le couronnement de Grenat.

Un nouveau départ bienvenu après de longues périodes bien mouvementées…
Tout le groupe est réuni pour l’occasion à la capitale, y compris Steiner, Beate et Freyja qui s’en sont sortis après l’épisode au château.

Léger coup de blues pour Djidane, qui doit laisser la reine à ses fonctions de monarque.
Un petit détour par la ville de Tréno, histoire de se changer les idées, ne ferait pas de mal pour le coup, d’autant plus que c’est la saison du tournoi du jeu de cartes.


Eiko et Dagga se partagent les 4 fragments de perle, anciennement l’objet de la campagne militaire de feu Branet.

La réponse va se présenter d’elle-même prochainement.


Au détour d’une tirade pleine de sens, l’humour n’est jamais bien loin dans FF9 !


Aux bonnes nouvelles se succèdent les mauvaises.
Alors que Cid a réussi a faire voler un aéronef, Eiko a été prévenue par Moug qu’un drame se joue en ce moment même, à Alexandrie…

…Avec un certain Kuja qui va ouvrir le bal.
Ce dernier connaît bien la psychologie de l’homme ordinaire, et s’apprête à réveiller la ville en invoquant Bahamut, dont il a récupéré le pouvoir !


La nouvelle reine n’a eu que peu de répit: elle doit faire face à la première crise de son règne, un véritable baptême du feu.

Et alors qu’elle venait à peine de donner ses ordres à Steiner et Beate pour soutenir la population en désarroi, Dagga suit les échos d’une étrange musique venant des hauteurs du château…

Eiko reconnaît également cette musique, et s’explique avant de sauter de l’aéronef qui embarque le reste du groupe au-dessus de la capitale du royaume.
Il s’agirait de l’appel d’une Chimère sacrée, en l’occurrence Alexandre.


Alexandrie est-elle sauvée ?


Les deux filles entrent en communion pour répondre à l’appel d’Alexandre, dont la puissance est sans égal, renvoyant Bahamut dans l’ombre.
Kuja, qui observait la scène de loin, a l’air de vouloir s’accaparer de l’invocation sacrée…
Puis il réclame soudainement l’intervention du “chariot diabolique”, autrement appelé “Invincible“.

Pour la première fois dans le jeu, l’irruption manifeste de ce 3e parti va commencer à remettre en perspective tous les évènements qui se sont déroulés jusqu’ici… Accrochez-vous !


Kuja juste avant d’appeler son “Chariot Diabolique”.

L’ Invincible, vous le reconnaissez, n’est-ce pas ?


A l’intérieur de l’ Oeil, un mystérieux personnage commente la situation, avec des lignes aux implications lourdement révélatrices..!
Pour rappel, Héra est le nom donné à la planète où se déroulent nos aventures…
Pourquoi parle-t-il de Kuja et Djidane de cette façon..?


Kuja réalise que le sombre individu, Garland de son nom, ne répondra pas à sa requête.

Le motif sortant de l’Oeil n’a pas l’air tout à fait étranger…


Juste avant que la tragédie n’arrive à son paroxysme, Djidane et ses compagnons ont le temps d’aller récupérer les deux invocatrices et d’aller se réfugier.

Le tir de l’ Invincible laissera une blessure ouverte dans la psyché des survivants de cette hécatombe.
Le jeu va alors enchaîner quelques levers de voile concernant les motifs de Garland et ces histoires des poupées russes du scénario.


Garland vient d’ôter la vie d’innombrables personnes, et voici ce qu’il laisse savoir au joueur-se :

De nombreuses âmes sont retournées vers l’étoile…” (!!)
Mais ce n’est rien face aux milliers d’années nécessaires à notre plan...” (!!!!)

Quel est ce plan exactement ? Pourquoi le “flot” ne doit-il pas s’inverser ?
Nous n’aurons que des suppositions pour l’instant, le jeu en gardant sous le coude pour la suite.

Dans la gueule du loup

Quelques temps après que la fureur du ciel se soit abattue sur Alexandrie, notre groupe rejoint Lindblum pour une réunion avec ce bon vieux Cid.

Le haut régent partage alors le fait que Kuja aurait été aperçu à bord de l’un de ses aéronefs, l’ Hildegarde 1, juste avant l’explosion provoquée par l’ Invincible.

De plus, des Mages Noirs doués de paroles se trouvaient à bord avec l’escamoteur, et la requête du roi est simple: retrouver l’appareil, ce qui fera d’une pierre deux coup en remontant la piste du mégalomane à la gestuelle théâtrale.


La plaie est encore béante chez Dagga, qui va rester muette pour un temps.

A gauche:
Sans sa compagne Hilda, les tentatives de Cid pour revenir sous sa forme humaine resteront vaines.

A droite:
Doucement mais sûrement, la vie reprend son cours. On recroise ici la route de réfugiés de Bloumécia, rencontrés au début de l’aventure.

Étant donné que la seule piste à disposition mentionne ces poupées parlantes, le groupe fait un saut au village des Mages Noirs.

On y apprend que les membres du village se sont laissés charmés par les dires de Kuja, qui a su appuyer sur leur point faible:
l’ échange de leur service contre une hypothétique extension de durée de vie, qui leur fait défaut.
La plupart ne venaient que d’en découvrir la nature.

Néanmoins, on repartira du village avec cette information en tête: le repaire de Kuja se situerait pas très loin d’ici, et nos compagnons finiront par se jeter littéralement dans la gueule du loup, ce dernier ayant prévu leur arrivée…

“Il nous traite comme des objets…” est on-ne-peut-plus juste.


Juste un peu plus tôt, en parallèle à la réunion avec Cid.
Kuja s’enfonce un peu plus dans son rôle, à chaque seconde qui s’écoule…


…et n’a de respect que pour lui-même, en fin de compte. Les autres ne sont que des outils pour arriver à ses fins.

Au cœur de la base secrète de Kuja, Djidane et ses amis se retrouvent prisonniers dans des cellules séparées.
Le grand manipulateur use du chantage de la vie de ses camarades contre un service de la part de Djidane, que ce dernier accepte malgré tout.

Kuja envoie donc notre héros, épaulés par quelques un de ses compagnons d’armes, vers un endroit appelé Euyvair, situé sur des terres où l’on va bientôt poser le pied: le Continent Oublié.

Vestiges d’un autre temps

Il était temps d’ouvrir la mappemonde, histoire de situer un peu les grandes zones.
En 1, il s’agit du Continent de la Brume, la terre des grandes nations du jeu.
En 2, le Continent Externe, avec Madahine-Salee et l’Ifa notamment.
En 3, le Continent Oublié.
Enfin en 4, le Continent Perdu.

A ce propos, si vous n’avez jamais entendu le thème de la mappemonde, Crossing those Hills, c’est le bon moment de le faire.

Après le voyage en aéronef, le groupe de Djidane débarque sur les terres méconnues du Continent Oublié, et se rend tout droit vers ce mystérieux “Euyvair”.

Nos protagonistes sont censés trouver un artefact magique en ces lieux, qui leur réservent quelques surprises.


La traduction française a joué avec la phonétique, car dans sa version anglaise, issue de l’originale japonaise, Euyvair s’écrit Oeilvert !

Un “oeil vert” ? Curieux…
En tout cas, la porte d’entrée comporte un pictogramme déjà vu… et qui le sera encore à plusieurs reprises !

A l’intérieur, l’architecture ne ressemble en rien à quelque chose de connu, du moins dans la norme du monde de FF9, ou de Héra à proprement parler.

Divers engins et outils technologiques vont faire l’objet de scènes à l’attention de Djidane, et de nous, joueurs.


Un premier examen des lieux ne révèlera rien de particulier, Djidane va devoir remettre en marche la machinerie…
…qui étrangement ne réagit qu’en sa présence, exactement comme à l’ Ifa.


Djidane est le seul à pouvoir comprendre les mots transmis par ce mécanisme, une sorte d’hologramme.

Est-ce une “étoile” ? Le jeu utilise assez librement ce terme pour désigner une planète. En tout cas, cette étoile se nommerait Terra.


Sur ces images, on apprend que le fameux Invincible, l’ Œil volant, est en fait un vaisseau de guerre d’origine Terrane.

Puis un autre hologramme nous présente le fait qu’autrefois, la civilisation existait sur Terra, mais qu’elle était aussi menacée d’extinction, et a finit par périclité.

Le groupe se trouve ici dans une sorte de salle d’archives, dont les automates vont transmettre l’histoire de Terra à nos personnages.


Ce passage avec les automates a son importance et permet de mieux cerner les contours de la civilisation de Terra: son histoire, sa chute, et surtout, sa manière de penser.

On y distingue à travers les mots une confiance très prononcée pour le recours à la technologie, ainsi qu’une négligence du monde vivant, ayant conduit à la dégénérescence puis l’extinction des espèces endémiques de Terra… et leurs habitants y compris.

La décadence et ce “vieillissement” ont vu naître des solutions pour tenter d’inverser la vapeur.
Pour l’une d’elles, il est dit qu’un essai a été réalisé “sur le continent de…”
On suspecte que l’on parle bien d’un des continents présents sur Héra, malheureusement pour nous il est impossible d’en savoir plus.

Au moins, nous avons ces quelques connexions avec l’ Ifa, qui, si vous avez pris un peu d’avance, est très certainement un édifice “d’origine Terrane” !

Gardez bien cette image en tête, celle d’une étoile, présentée avec une autre, et finissant sur la fusion des deux astres.


Finalement, Djidane trouve ce pour quoi il est venu: le Roc de Goulg.

Bon, il faut quand même vite rentrer au vaisseau et à la base de Kuja, avant que ce dernier décide éventuellement de revenir sur ses mots et de s’en prendre au reste de nos compagnons.

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9