06
Déc
2020

Une affaire de Volonté

[Page 2]
Petites et Grandes histoires

Sur l’image de droite, la ville de Gran Soren, au fond.


Notre aventure nous mettra par la suite face à une autre créature, une hydre venue semer le trouble dans un camp situé non loin de Cassardis.
Cette attaque surprise aura tout de même permis de nous faire remarquer, étant donné que nos facultés en combat ont permis de repousser la bête.

Qui plus est, l’une des têtes est tombée durant l’assaut et sa restitution au Seigneur de ces terres fera un excellent trophée de chasse, témoin de notre bravoure.

Telle sera alors la tâche qui nous sera assignée par la garde du camp:
Faire office d’escorte pour le chariot, qui part rejoindre la cité de Gran Soren.

L’ histoire raconte que son Excellence Le Duc a autrefois terrassé Le Dragon et que c’est par cet exploit qu’il a pu fonder son règne. En avant, direction la capitale !

A l’intérieur même de la cité de Gran Soren, dans les soubassements de la guilde des Pions, se trouve un des passages obligés du jeu, mais nous aurons l’occasion d’y revenir…


Après avoir rejoint la capitale, le jeu s’ouvre et l’une des quêtes secondaires optionnelles a pour objet une certaine Sélène.

Cette péripétie annexe nous donne non seulement quelques indices sur les liens qui peuvent unir les Pions et leurs maîtres…
Mais également de quoi comprendre avant l’heure, certaines choses qui se manifesteront plus tard.

Qu’en est-il exactement ?
Eh bien, on peut déjà y voir que les Pions peuvent développer un début d’âme, grâce au don fait par leurs maîtres et après avoir passé du temps à les côtoyer.

Ces Pions ont eu la volonté de vouloir vivre pleinement comme des humains, jusqu’à avoir leur auto-détermination, avec tout ce que cela implique.

Et dans le cas de Sélène, son maître qui n’était autre qu’un proche, finit par lui lâcher cette ligne mystérieuse, avant de disparaître:

“Bientôt, tu seras libérée de ce cycle sans fin…”


Alliés, Ennemis

Nouvelle fournée de citations.

Après avoir eu le loisir d’explorer le monde et d’accomplir tout une série de tâches pour le compte du duché (au point d’en avoir un peu oublié Le Dragon), une audience bien méritée nous est finalement accordée pour nos durs labeurs.

Autant dire que le situation risque de surprendre car le Duc et sa cour sont pour le moins… quelque peu inhabituels dans leur gestes.

Le bouffon de service nous fait porter un chapeau festif, qui ne manque pas de nous faire remarquer aux yeux présents, ce qui a l’air d’amuser la galerie, le régent y compris.

Après sa petite blague qui comparait notre “couronne”; plus grande que la sienne (une métaphore qui aura son sens plus tard), le Duc se lève et nous fait les honneurs en nous adoubant.

Mais avant de reprendre du service pour la châtellerie, la compagne du Duc nous convoque dans ses quartiers, et ce de manière confidentielle…

On ferait bien d’accepter les avances de la Dame, non ?
L’ avenir nous donnera raison en agissant de la sorte, car Dragon’s Dogma aime récompenser les yeux perspicaces.



Une cour amusée, un Duc qui se permet une blague lors de notre intronisation…

L’ écran de chargement nous aide à y voir un poil plus clair:
Gran Soren serait en proie à une “conspiration de l’enthousiasme“, et celle-ci proviendrait d’en-haut…

Sans compter les rumeurs du retour du Dragon qui circulent depuis l’attaque sur Cassardis, qui aurait de quoi éveiller les soupçons en ville…
La paix règne sur ces terres depuis de nombreuses années, depuis le triomphe du Duc face au Dragon

Nous sommes pourtant les témoins vivants du retour de la bête… N’y aurait-il pas anguille sous roche ?

Notre convocation avec la Duchesse ne pouvant attendre plus longtemps, il va falloir mettre en suspens nos interrogations pour le moment, et aller la rejoindre.


Notre rendez-vous de nuit avec la Dame de la cour, Aelinore de son nom, est coupé dans son élan avec l’entrée impromptue du Duc.

On comprend sans grande peine que cette interruption n’est pas un acte de plein consentement, en tout cas dans les yeux de la dame.
Notre personnage assiste alors à la scène, caché derrière un paravent.



L’ espace d’un instant, le régent n’a pas l’air d’être tout à fait lui-même, comme s’il était en proie à de vieux démons.
Il n’arrête pas de nommer sa compagne “Lenore“, et le jeu use habillement d’un flou concernant la situation pour en dire juste assez tout en gardant sous le coude pour la suite.

La scène s’ouvre ensuite à nous, nous poussant à intervenir avant que la Duchesse ne finisse étranglée, ce qui aura des conséquences assez surprenantes.

L’ air hébété, le Duc finit par reprendre ses esprits…


…Et c’est à ce moment que la Duchesse en profite pour nous faire porter le chapeau; quelle garce !
Du coup, une seule chose nous attend : le cachot !


Au fond du trou, à des heures discrètes, la première Dame nous rend visite et nous avoue avoir joué la comédie pour ne pas faire sauter sa couverture, ainsi que la nôtre, d’une certaine manière.

Bien que notre honneur ait été quelque peu terni, un jugement en provenance du Duc n’aurait pas du tout été en notre faveur, ni celle d’ Aelinore d’ailleurs.

Elle en profite aussi pour nous faire quelques confidences concernant le Duc, avant qu’un éventuel autre concours de circonstances malheureux n’arrive: d’après ses dires, “le Duc serait aussi fou que cruel” .

La Duchesse finit la conversation en nous invitant à emprunter une voie oubliée des donjons, qui nous mènera à l’air libre.
Nous aurons encore quelques menus devoirs envers Gran Soren par l’avenir, mais le temps que notre nom soit lavé, il va falloir faire profil bas.

Petit interlude avant de passer à la suite.

Pages: 1 2 3 4 5 6