06
Déc
2020

Une affaire de Volonté

[Page 6]
Sortir de la Boucle

Au terme de ce duel, le Sénéchal s’effondre, laissant son aura lumineuse s’estomper, et nous permettant d’entrevoir son visage…

…qui n’est autre que celui de notre personnage ! Ah, mais qu’est-ce donc que cette diablerie ?! Manifestement, il/elle a plus d’un tour dans son sac.

Serait-ce une nouvelle métaphore pour signifier la “victoire sur soi” ?


Pilule rouge, ou pilule bleue ?


Notre petite seconde d’inattention profite au Sénéchal, qui s’est bien joué de nous, mais pas pour se moquer.
Tout comme le Dragon nous l’avait proposé autrefois, le Gardien du Monde nous offre un ultime choix à faire.

Ira-t-on saisir notre unique opportunité, celle de “réclamer ce qui nous revient de droit”, cette fois en tant que personne arrivée au bout de cet éprouvant voyage ?

Ou bien retournerons-nous à une vie paisible mais illusoire, typique du commun des mortels, en rebroussant chemin ici, malgré que nous soyons si près du but ?

Il est temps de choisir !



Nous allons tenter la pilule bleue, rapidement, pour voir quelle genre de fin a été anticipée ici.

Comme on pouvait s’y attendre, nous retournons à une vie paisible, avec des visages familiers, bien que quelque chose ne tourne plus rond (les voix des autres figurants sont déformées).

En arrière-plan, le Sénéchal termine son discours; l’air déçu-e: il lui faudra donc attendre le prochain Insurgé-e digne de ce nom…


De rapide crédits, puis le fatal écran de game over.
Reprenons la partie, en empruntant cette fois la voie qui est attendue de nous.

A présent, la pilule rouge.
Nous remontons vers le Sénéchal, et des fantômes nous barrent la route, ceux d’anciennes personnes connues, des alliés tout comme des ennemis…

…Mais aussi des personnes qui nous sont chères.
Ne plus avoir d’attache vaut pour tout le monde, si nous sommes vraiment dignes de ce qui nous attend.


Ça y est, nous sommes au bout du bout. Enfin presque.
Le Sénéchal va finir par laisser tomber sa tunique…



…Pour révéler sa vraie nature, celle de Savan, c’est-à-dire la personne que nous avons joué au tout début du jeu dans le prologue !!

Ainsi donc, lui aussi était un Insurgé, qui a bravé toutes les épreuves pour atterrir à cet endroit…

Une question demeure toutefois : qu’attend-il de nous, pourquoi avoir tant cherché notre arrivée ?
Pas de réponse immédiate cependant, car un dernier test de bravoure nous attend: Il veut juger de notre force et de notre volonté en personne !

Duel en miroir pour ces deux Insurgés, accompagnés de leurs pions respectifs.


” Saches le Insurgé-e.
Le monde ne connaît pas la pitié…
Froid et vide, malgré sa beauté. “


Dans cette séquence de la toute fin, si par malheur nous succombions à nos blessures…

…Nous avons droit à une fin alternative qui révèle la nature d’une autre question restée jusque-là non répondue.
Notre corps, meurtri, tombe dans le ciel de Gransys…



…Et nous devenons le nouveau Dragon..! Une boucle se termine, une autre vient de s’ouvrir…

Maintenant que nous avons ces éléments, on peut saisir l’ensemble de la portée des gestes de Grigori, le précédent Dragon.

C’était donc bien un Insurgé, hélas qui a échoué aux pieds du Sénéchal, voyant son avenir être réduit à cette existence, et agissant comme il le pouvait sous cette forme.
Voilà pourquoi il en savait tant, tant sur ce qu’il y avait après lui..!

En fin de compte, Grigori devait jouait son rôle, tout en espérant qu’un jour, quelqu’un d’assez fort puisse le libérer, justement, de ce rôle.


Heureusement, on peut reprendre juste avant ce point.
Bouclons une bonne fois pour toute cette histoire !

Dernières paroles

” Un combat qui se répète, afin que le monde entier se répète de concert.

Et ainsi se perpétue le cycle, encore et toujours… “


Nous finissons par remporter la victoire, le Sénéchal tombant à terre…
Mais ce n’est qu’une autre illusion de plus, car depuis son trône, Il nous donne enfin les révélations tant attendues.


Voici la première, qui n’en est plus vraiment une: tout ceci n’était qu’un test pour évaluer notre volonté !

Le Sénéchal poursuit, stipulant que c’est là le destin des Insurgés, que chacun teste la volonté du suivant… Et c’est ainsi que le cycle continue…

Du moins, jusqu’au jour où une âme assez forte prenne le relais.


Après ces quelques précisions, le Sénéchal brandit une lame, le Fléau Divin, car de son propre aveu, il serait temps pour lui de quitter ce monde.

Il nous implore, en notre qualité de Sénéchal nouvellement acquise, de “mettre au repos ce vieux serviteur fatigué.”



Mais avant, on va en profiter pour lui poser quelques questions !

Être le gardien de ce monde, avec un immense pouvoir sur les mortels…
Est-ce donc là la tâche future qui nous incombe..?


“Prisonniers hors du temps”.
Mince alors ! La vie de Sénéchal n’a pas l’air d’être des plus joyeuses.


De cette chaîne infinie de mort et de renaissance, “certains sont nés avec un désir ardent, et aspirent à un monde meilleur.” Ce sont les Insurgés.

Les Dragons sont envoyés pour guider et modeler ces candidats, pour qu’ils puissent développer “une volonté à même de soutenir ce monde“…


Exécutons ce qui nous est dûment demandé..


Nous prenons la place en tant que nouveau Gardien de ce Monde..
Et avec ce titre viennent de tous nouveaux pouvoirs.
Nous pouvons laisser libre cours à nos envies, comme se déplacer où bon nous semble…

..Ou encore se faufiler parmi la populace de Gransys, telle une entité invisible, et même tourmenter les ignares en leur jouant de vilains tours !

Mais quelque chose cloche… est-ce là une existence souhaitable ?
Est-ce là notre fardeau pour toujours ?

Germe alors en nous une idée…



Alors que nous enfonçons le Fléau Divin en nous, notre pion, qui était resté à nos côtés depuis tout ce temps, assiste à notre mort… Se produit alors quelque chose d’inattendu.

La salle du Sénéchal s’ouvre, laissant une ouverture vers Gransys, qui nous emporte tous deux…


A la fin de la tombée, on comprend que l’âme de notre pion s’est retrouvée dans notre corps, nous ayant définitivement quitté ce monde…

Sélène intervient, expliquant que notre pion est devenu comme elle, càd une entité de “niveau humain”.

Le reste, et leur futur, leur appartiennent désormais.


Une section des plus étranges, difficile à commenter en l’état.
Comprendra qui pourra, pour ce qu’elle peut avoir éventuellement de juste ou non…


Ce sera le mot de la fin. S’ensuivent les vrais crédits du jeu.


Avant de nous quitter, précisons tout de même malgré l’évidence, que le récit de Dragon’s Dogma n’est probablement pas un récit faisant l’apologie de la mort ou même du suicide…

Simplement que l’expression “mourir à ce monde” a été choisie et illustrée à travers le titre.

Car si nous-mêmes, à l’instar des Insurgés, avons vu les bassesses et les pièges de notre monde (extérieur mais aussi intérieur), et souhaitons nous en délivrer, alors en un certain sens, oui : nous allons mourir à ce monde.

Si nous voulons à notre tour, avoir une volonté à même de “soutenir le tissu d’un monde“, non pas du haut d’une échelle pyramidale, mais plutôt celui d’un monde potentiellement doué de “compassion” et plus équilibré…

Alors oui, nous allons mourir à ce monde actuel, d’autant plus qu’il est en perdition.

Cette formule n’implique pas forcément la mort dans le sens classique du terme, et il est question ici du processus “d’ Ascension“, comparable à une translation d’une réalité vers une autre.

Chose qui est permise plus facilement en ces temps de “fin de cycle” malgré le chaos ambiant de ce monde, et ce seront là les mots idéaux pour faire le lien avec la série Mass Effect.

Quant à l’extension “Dark Arisen“, elle est réservée pour plus tard, éventuellement.
En tout cas, nous n’aurons plus à revenir sur les fils narratifs de l’aventure principale, qui serviront de base pour mieux appréhender cette seconde histoire.

Pages: 1 2 3 4 5 6